La révolution (2020)

Et si on nous avait menti depuis plus de deux siècles? Voici la véritable histoire de la Révolution française…

Introduction DU 1er Épisode – La révolution

En 1787, Joseph Guillotin découvre qu’un virus nommé le sang bleu se répand parmi la noblesse. Cette maladie oblige les aristocrates à s’en prendre au peuple. Cet événement aurait de ce fait conduit les gens du peuple à se soulever.

  • Création : Aurélien Molas
  • Production : John Doe Production
  • Musique : Saycet
  • Genres : Drame uchronique, Historique
  • Date de diffusion : 16 octobre 2020
  • Nombre de saisons : 1
  • Nombre d’épisodes : 8
  • Distribution : Amir El Kacem (Joseph Ignace Guillotin), Marilou Aussiloux (Élise de Montargis), Coline Béal (Ophélie), Mamadou Doumbia (Oka), Lionel Erdogan (Albert Guillotin), Julien Frison (Donatien de Montargis), Jeremie Covillault (Le père), Amélia Lacquemant (Madeleine), Gaia Weiss (Marianne)

Dès les premières images du premier épisode je tombe sous le charme de cette série et je deviens comme absorbée par mon écran 😍 ! Depuis que le teaser est sorti, il y a quelques mois, j’attendais avec une certaine impatience la sortie de cette pépite. Pourquoi ? Loin d’être une reproduction de notre célèbre Révolution française, non loin de là, il s’agit d’une uchronie fantastique mêlant le macabre, le fantastique à la réalité du décor et des costumes. Il m’a fallu 2 jours pour la finir, et j’en garde un très bon souvenir.

On sait tous comment se sont déroulées affronts durant la Révolution française. Affamés et pauvres, le peuple se révolte contre les privilégiés de la Cour. C’est la fin de la monarchie absolue. Et cela remontre à près de trois siècles. Or cette série nous montre une deuxième facette de ce qu’aurait pu être cette réalité avec du fantastique et de l’imaginaire en plus. Et si une maladie étrange, un virus donnant une couleur bleue sombre au sang, était à l’origine de cette révolte ? Et il s’avère que ce virus ne touche que les nobles. Maintenant invincibles, ils voient leur sens décuplés, et sont également devenus des monstres assoifés de sang. Et cette partie-là m’a énormément plu. Loin d’être des zombies, on pourrait les assimiler à des vampires !

Ainsi, je peux dire que cette série pourrait plaire à certain nombre, sauf les férus d’Histoire qui auraient, je pense, une crise cardiaque devant tant d’anachronismes et de manque de faits historiques. J’ai vu que beaucoup se plaignait de ce manque de réalité, or le teaser et le résumé en disait long sur cette série, et s’ils avaient été attentifs ils sauraient que cette série misait plus sur du fantastique. Les seuls aspects historiques sont le sublime décor conférant à la série de nombreuses scènes noires et sombres, qui nous émergent avec une grande facilité dans l’époque du 18e siècle ; les costumes sont également très ressemblants. De plus, un seul personnage est tiré de la réalité, à savoir Joseph Ignace Guillotin, l’inventeur de la Guillotine.

Malgré un début assez lent : la mise en situation, la présentation des personnages et du contexte historique, j’ai commencé à vraiment apprécier à partir de l’épisode 4. Bon du coup c’est un peu dommage, mais l’arrivée de l’antagoniste est vraiment la petite touche finale grandiose. Et ce méchant est campé par Julien Frison, qui joue le nouveau comte Donatien de Montargis, et qui est aussi le cousin d’Élise de Montargis, le personnage féminin principale. Au début il apparaît frêle et fragile étant donné la maladie qui se propage en lui, mais dès que son père lui transfère en quelque sorte le virus, le voilà transformé en un personnage aux habits excentriques et au sourire diabolique. Outre « le méchant », les personnages ont tous des traits spécifiques que j’apprécie : Élise de Montargis, apparaît comme l’héroïne forte avec sa mèche grise (elle m’a beaucoup fait penser aux figures féminines de la rébellion, un peu comme dans Mortal Engines) ; Marianne (j’ai appris à la fin qu’elle s’appelait ainsi, j’ai pas trop fais attention en cours…) porte le masque et est la figure de la Révolte (elle joue également une guerrière dans Vikings) ; Ovka, l’ancien esclave et accusé à tord à cause de sa couleur de peau nous surprend avec sa voix rauque et sa sagesse ; Madeleine, la petite fille mystérieuse et sourde et muette qui nous fait tourner en bourique car on a mille questions à son sujet ; et Ophélie, la dame de compagnie qui s’occupe de Madeleine et d’Élise n’a pas vraiment finit de nous surprendre… 🤫

PS : J’ai lu quelque part que la série s’inspirait un peu du Labyrinthe de Pan de Guillermo del Toro (2006) 🧐 où ce dernier se permet de revisiter la guerre d’Espagne à travers les yeux d’un enfant qui vit avec une imagination débordante. Et ici, on vit à travers la voix de Madeleine. C’est elle la narratrice de l’histoire. Et dans les deux oeuvres, le fantastique se mêle à l’Histoire, c’est sublime !

Publié par

🦉 Salut, moi c’est Magali 🦉 Bienvenue à toi ! Blogueuse littéraire et addict des séries et films, je vous partage avec grand plaisir mes coups de coeur et mes déceptions 💗

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s