Élite (2018)

Christian : Quand la poudre et le feu se touchent…

Lucrecia : … il n’y a qu’une issue.

Carla : Ça explose.

Polo : BOOM.

Christian, Lu, Carla et Polo (BA de la saison 1)

Quand trois adolescents de la classe moyenne se retrouvent admis dans une prestigieuse école privée d’Espagne, les tensions entre eux et les élèves dégénèrent rapidement et se finissent en un meurtre.

  • Création : Carlos Montero et Darío Madrona
  • Pays : Espagne
  • Production : Netflix
  • Acteurs : Itzan Escamilla (Samuel), Miguel Bernardeau (Guzmán), Arón Piper (Ander), Omar Ayuso (Omar), Álvaro Rico (Leopoldo « Polo »), Mina El Hammani (Nadia), Ester Expósito (Carla), Danna Paola (Lucrecia « Lu »), Jaime Lorente (Fernando « Nano »), Miguel Herrán (Christian), María Pedraza (Marina), Georgina Amorós (Cayetana), Claudia Salas (Rebeka), Jorge López (Valerio), …
  • Genre : Drame
  • Durée des épisodes : 47-56 minutes

Je vais enfin vous parler de LA série Teen drama hispannique à ne pas rater ! C’est un énorme gros coup de coeur. J’ai regardé les deux premières saisons en moins de deux, et la troisième saison fut un peu plus longue à regarder, car je sentais que cela devenait n’importe quoi… Pourtant en revenant bien des mois plus tard (je l’ai finis la semaine dernière) alors qu’elle venait de sortir le 13 mars sur Netflix, la fin m’a laissé sur ma faim… J’en suis sortie complètement estomaquée, et je ne veux qu’une chose maintenant : c’est d’enchaîner avec la suite !

Et si, après avoir vu la bande annonce ci-dessus, vous n’êtes pas convaincu, lisez ma chronique ci-dessous et j’espère que vous ferez parties bientôt des aficionados de la série…

En gros, se lancer dans Elite c’est retourner au temps où vous regardiez Gossip Girl, là où une bataille faisait rage entre les enfants de l’élite américaine qui ne vivaient qu’autour du luxe, du mensonge et des « gossips ». Le sujet, ici, peut vous paraître redondant. Mais, malgré cette similitude, la série espagnole est unique en son genre. Vous vous retrouvez plongé dans une ambiance plus noire, moins girly où l’on suit une intrigue du tonnerre : chaque saison est construite avec des flashblacks et des interrogatoires. Parce que dans la saison 1, un meurtre survient entre les murs de cette fameuse école et ce, dès le premier épisode ! Marina est morte. On a l’arme du crime, mais tout le long des 8 épisodes on revient en arrière et on essaie de reconstruire avec les élèves le fil conducteur de l’enquête. Et les élèves, personnages principaux, sont interrogés chacun à leur tour. Et ce n’est qu’au dernier épisode que le drame survient : on connaît enfin le responsable… et cette découverte nous retourne l’estomac. Bienvenue à Las Encinas !

Ce qui suit dans la saison 2 est encore plus dramatique. L’ambiance noire est toujours présente. L’enquête se continue ; en plus des policiers, les élèves rongés par la haine et la vengeance mènent l’enquête de leur côté. Encore plus de secrets et de mensonges. Et de nouveaux personnages font leur entrée, et ce pour notre plus grand plaisir. Qui dit de nouveaux personnages, dit de nouveaux secrets et de nouvelles manigances. Alors que dans la saison 3, un autre meurtre est commis et si vous voyez la bande annonce on sait d’ores-et-déjà qui est tué. MAIS SURTOUT ne regardez pas la bande annonce de la saison 2 et 3 si vous n’avez pas vu la 1. Regardez les épisodes dans l’ordre please, si vous ne voulez pas être spoilé… c’est très important ! Même si la formule des flashbacks et des interrogatoires est reprise pour la saison 3, pour moi, ce n’était pas du tout un problème. Car on voit bien l’évolution et la maturité des personnages par rapport à la première… On sent bien la nostalgie nous envahir, et on est fier de ce qu’ils sont devenus.. ou pas.

Mais, ce qui m’a marqué est la quantité de thèmes abordés qui rend les épisodes si poignants et les personnages attachants. Entre de l’amour, l’argent, la drogue (très présente…), des meurtres, la mort, des trahisons, la violence et du sexe… de quoi nourrir toutes ces saisons. Autant de sujets d’actualité très intéressants. Mais ce qui différencie cette série de Gossip Girl par exemple est la réalité des évènements et la présence de sujets plus forts comme l’inceste, le trouple, le cancer ou encore la leucémie… des sujets qui touchent fortement les personnages, qui à rappeler ne sont qu’au lycée… C’est troublant de se dire qu’ils sont jeunes pour connaître ces réalités, mais c’est une possibilité. Les acteurs jouent avec perfection leur rôle et on se sent vite envahis par des émotions diverses : la tristesse, la comédie (c’est en particulier Christian qui ajoute cette petite touche d’hilarité aux situations… toujours avec le sourire), la colère (quand mes personnages préférés n’agissent pas comme il le fallait…)…

Enfin un autre point positif, bien maigre, mais attractif tout de même, c’est la longueur des saisons et des épisodes. Chaque épisode dure environ 45 minutes et il y a 8 épisodes par saison. De quoi se nourrir en une semaine, clairement. Par ailleurs, qui ne serait pas tenté par une série en VOST, de quoi améliorer son espagnol, non ?

Ensuite, ce qui m’a beaucoup plu dans cette série est la panoplie d’acteurs espagnols présente. Vous en reconnaitrez sans doute trois emblématiques si vous avez regardé La Casa de Papel : María Pedraza, Miguel Herrán et Jaime Lorente, qui interprétaient respectivement Alison, Rio et Denver. Après l’immense succès de la Casa del Papel on s’attend à ce qu’Elite soit de la même graine. Pour ma part je n’ai pas été conquise par La Casa de Papel, et par ailleurs je l’ai regardé bien après Elite. Ce que je sais c’est qu’après avoir regardé la première saison de cette dernière, je voulais vraiment avoir la suite ! Je l’avais fini en seulement 2 jours ! J’ai eu beaucoup de chouchou parmi cette salve d’acteurs, entre autres : Ander (Arón Piper), Guzmán (Miguel Bernardeau), Christian (Miguel Herrán), Lucrecia « Lu » (Danna Paola) et Valerio le demi-frère de Lu qui arrive à la saison 2 (Jorge López Astorga). Bon, j’apprécie également les autres personnages, mais arrivée à la saison 3 il m’est arrivée de détester certains. Que ce soit les nouveaux de la troisième saison ou les anciens, comme Samuel… qui évolue détestablement. On le prend en pitié à la première saison, mais sa maturité fait peur. Il est tellement envahi par la haine et la vengeance que dès la saison 2 il agit mal… Bref, j’ai adoré suivre ces personnages que les acteurs, tout aussi charismatiques que talentieux, ont campés durant 3 saisons et 24 épisodes. Et en prime, que des BG…

ET HEUREUSE NOUVELLE : la série est renouvelée non seulement pour une quatrième saison, mais pour une cinquième !! Bon, le casting sera largement renouvelé étant donné la fin que nous a offert la saison 3. BREF, qu’attendez-vous pour vous lancer ?

Publié par

🦉 Salut, moi c’est Magali 🦉 Bienvenue à toi ! Blogueuse littéraire et addict des séries et films, je vous partage avec grand plaisir mes coups de coeur et mes déceptions 💗

2 commentaires sur « Élite (2018) »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s