Les deux couleurs du lys – Alienor Eusimarok

En entrant dans la chambre, Lilith découvrit un large lit, une table et trois coffres sur lesquels était peint le même motif de lys que sur la porte. Levant les yeux, elle découvrit des fresques explicites.

– Le symbole du lys a été choisi pour te désigner ici. Il rappelle à la fois la sonorité de ton nom et par les couleurs de ses fleurs la dualité entre ton existence de vestale avec ton sacrifice à Vénus chez nous. Utilise les fresques pour apprendre. Elles représentent des possibilités. Alexus pourra te les développer. L’armoire ici est pour ton usage et celui d’Alexus. Vous y suspendrez vos tuniques la nuit. Je te demande de dormir nue. Il faut que ton corps s’habitue au contact de ton Magister. Pour le contenu des coffres, je lui laisse le plaisir de te les expliquer.

Les deux couleurs du lys

Rome 64 après JC. Le grand incendie de juillet échauffe encore les esprits. En ce mois d’octobre, les dieux exigent plus que les prières et sacrifices déjà offerts. La sentence des Augures est sans appel : une Vestale devra être sacrifiée à Vénus. Mais pas n’importe laquelle…
Sommée quitter le service de Vesta pour celui de Vénus, Lilith part à la découverte d’un autre culte… et d’elle-même.

  • Auteur : Alienor Eusimarok
  • Nombre de pages : 225
  • Maison d’édition : Stories by Fyctia
  • Genre : Historique / Érotique
  • Date de sortie : 7 mai 2020
  • Amazon : E-Book (2.99€) & Broché (14,50€)

Je pense que c’est bien la première fois où un livre me surprend, mais bien complètement ! L’histoire m’a véritablement surprise, pour un bien et pour un mal. En lisant le résumé je m’attendais à ce qu’il y ait une intrigue historique au coeur de l’Antiquité, qu’elle soit romancée ou bien plus sentimentale. Ce à quoi je ne m’attendais pas par contre, et ce que je ne savais pas, c’est que l’érotisme et le sexe prennent une place importante dans l’intrigue ! Même si j’ai l’habitude de lire des romances érotiques, ici, c’était très intense, et j’étais en prise d’une certaine curiosité quant aux pratiques du service de Vesta et de Vénus. Un curieux mélange de curiosité et de gêne.

Pour rentrer dans le vif du sujet, Lilith quitte le service de Vesta, la déesse du feu et du foyer, symbole de la pureté, dans lequel les Vestales ne doivent pas ternir cette pureté au risque d’offenser la déesse et d’attiser sa colère, pour celui de Vénus (et d’Eros) notamment. Ce dernier temple va à l’encontre de ses anciens principes. Elle va devoir abandonner ses anciens rituels et en adopter des nouveaux, qui dès son premier jour entre ces murs la fascinent étrangement. Les serviteurs de Vénus et d’Eros, hommes et femmes, doivent prendre soin de leur corps et vivre pour jouir du plaisir charnel. Car oui, ces nouveaux rituels accordent une grande importance au sexe.

Si j’ai passé dans l’ensemble de bons moments (il est important de dire que j’ai lu ce roman d’une traite en une soirée…), les différentes étapes du culte de Vénus m’ont un peu choqué. Je ne m’attendais pas du tout à ça. Mon ressenti final varie entre l’étonnement, la gêne et la curiosité après tout. Certaines scènes sont très osées, mais très réalistes ! L’auteure a bien su transmettre l’émotion des personnages à travers la fluidité de son écriture et la richesse des descriptions. Ce qui m’a empêché d’arrêter de lire ce roman c’est l’intrigue principale. Je voulais vraiment savoir ce que l’héroïne allait traverser. C’est une véritable initiation au sexe et aux rituels des prêtres de Vénus. Outre une scène très osée, deux passages m’ont fait frissonner. Quand des personnages recoivent une punition… lorsqu’ils ne prennent pas de plaisir durant l’acte sexuel… c’est vraiment quelque chose auquel j’ai du mal, qui me choque vraiment dans les livres et les films, même si c’est très réel.

Malgré ces bémols, j’ai vraiment apprécié ma lecture. C’était une expérience bizarre, mais riche en émotions. Et puis, un petit plus personnel, le nom des personnages choisi m’ont fait sourire, même s’ils n’avaient rien en commun avec les originaux comme Briséis, Lilith, Agrippine, Proserpine (alias la Perséphone romaine), Octavie, et j’en passe.

Publié par

🦉 Salut, moi c’est Magali 🦉 Bienvenue à toi ! Blogueuse littéraire et addict des séries et films, je vous partage avec grand plaisir mes coups de coeur et mes déceptions 💗

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s