His Dark Materials (2019)

Courageuse et futée, Lyra se retrouve embarquée dans une folle aventure dans les contrées du Nord, à la recherche de son meilleur ami disparu. Pourquoi cette jeune fille orpheline, élevée dans l’atmosphère austère et confinée du prestigieux Jordan College, fait-elle l’objet de tant d’attentions ? Serait-elle investie d’une mystérieuse mission ? Sur les traces de ravisseurs d’enfants aux motivations obscures, Lyra va faire d’étonnantes rencontres et surmonter de multiples dangers… Une adaptation d’A la croisée des mondes de Philip Pullman.

  • Création : Philip Pullman (romans) & Jack Thorne
  • Musique : Lorne Balfe
  • Sociétés de production : New Line Cinema, HBO
  • Sociétés de distribution : BBC One, HBO, OCS
  • Casting : Dafne Keen (Lyra), Ruth Wilson (Mme Coulter), James McAvoy (Lord Asriel),…
  • Genre : Fantasy, aventure

Oulala je dois dire qu’il s’agit de la série du siècle !! C’est l’adaptation que tous les fans de la saga littéraire de Philip Pullman attendaient je pense. Bon je dois vous avouer que j’ai n’ai pas encore lu les livres… 🤫 Honte à moi, oui je sais, mais je me rattraperais un jour ! Mais aujourd’hui, je voulais vous parler du premier épisode que j’ai regardé hier soir en me basant uniquement sur la manière dont le film est construit, par rapport au film de 2007.

Un seul mot : Renversant. Dès les premières minutes on sent que les sociétés de production HBO et BBC ont investi une grosse somme : les images sont grandioses, et la bande-son est magnifique. Sensationnel. On a une très belle vision de l’Angleterre post-victorien ; tout est sombre et cela laisse planer un mystère absolu sur Oxford, la ville où se passe toute l’intrigue du premier épisode. Pour ma part, je préfère tout ce qui est noir et sombre, plutôt que des choses lumineuses et colorées. Le DARK m’appelle 😂 Puis, à travers les effets spéciaux, on peut voir que les réalisateurs n’ont pas lésiné sur leurs moyens quant aux détails et aux multiples concepts originals : en effet on atterit dans un univers sombre avec des daemons, le Magisterium, une figure autoritaire qui semble détenir un énorme pouvoir sur la société, la poussière, une substance très très mystérieuse qui semble diviser les hommes quant à l’étendue de ses conséquences possibles. Et pour finir, une intrigue palpitante où des envèvements d’enfants vont pousser les hommes à agir, loin d’Oxford. Mais qui peut bien les enlever ? Bref, une série qui déborde d’imagination et qui saura plaire à n’importe quel fan de fantasy.

Mais, parlons également du casting de stars principalement mené par Dafne Keen (Lyra), Ruth Wilson (Mme Coulter) et James McAvoy (Lord Asriel). Autant de performances remarquables qui ont bien su s’approprier des personnages délicats à interpréter. Car, rappelons que l’adaptation de 2007 À la croisée des mondes : La Boussole d’or de Chris Weitz, n’a pas su gagner le coeur des fans de la fameuse saga littéraire ; et c’est pour dire, la barre était alors très haute. Il ne faut au GRAND JAMAIS décevoir les fans littéraires. Ce film avait pourtant la qualité de compter au sein de son casting des stars internationales connues du public, à savoir Daniel Craig (qui avait déjà tourné Casino Royale) et Nicole Kidman (Moulin Rouge, Les Autres…), mais ce n’était pas suffisant, car les projets de suites ont été avortés. Du coup, c’est une aubaine pour nous, les fans de fantasy, et particulièrement ceux de la saga d’avoir droit à cette fabuleuse série !

Dafne Keen, que je connais grâce au dernier Wolverine, est une jeune actrice dont le rôle de jeune ado intrépide, aventureuse et rebelle lui va comme un gant. Il n’y a qu’à regarder son visage, on sait tout de suite de quoi elle est faite. Puis, il y a James McAvoy que je rêvais de voir à l’écran dans une série. J’adore cet acteur, il sait incarner fidèlement tous les personnages qu’on lui attribue. Et ici, il joue un explorateur et un oncle bienveillant un peu trop absent pour sa nièce Lyra, mais qui n’a pas peur de pas se conformer aux codes de la société qui souhaite garder les hommes dans la totale ignorance. Il brave les interdits, et ce pour le bien de tous. Ensuite, il y a LA Madame Coulters qui est incarnée par Ruth Wilson, une actrice, j’avoue, que je ne connais pas du tout. Dans le premier épisode, on ne la voit pas beaucoup, mais on sent qu’elle est bienveillante et va prendre sous son aile la jeune Lyra. Bon après, je triche un peu car ayant vu le film de 2007 je connais déjà un peu l’univers de la saga et ses personnages, même sans avoir lu les livres. MAIS, j’ai juré de ne pas spoiler 🙂. Parmi les personnages de la série, je trouve qu’on les a bien mieux choisis comparé au film où la jeune Lyra a plutôt un visage angélique avec des belles bouclettes blondes, et là Dafne Keen la dépasse largement en tout point. Et, Daniel Craig était un peu trop froid, sans expression pour moi… même si d’adore l’acteur ! Le seul point où je pourrai préférer le film à la série c’est le personnage de Madame Coulters qui, dans le film, est joué par Nicole Kidman. Cette dernière a été très impressionnante dans son rôle. À voir pour Ruth Wilson ici.

Lord Asriel (James McAvoy), His Dark Materials
Mrs Coulters (Ruth Wilson), His Dark Materials

Le féminisme et la religion sont deux thèmes récurrents et forts dans la série. Pour une fois, le personnage principale sur qui repose une prophétie est une fille, ce qui change d’Harry Potter (coucou Harry), du Seigneur des Anneaux (coucou Frodon) ou encore du Labyrinthe (coucou Thomas). Ensuite, dans l’établissement où est Lyra avec le Magisterium, j’ai vu très peu de femmes, à part dans la cuisine. D’ailleurs, en rencontrant Madame Coulters, Lyra lui demande si elle ne serait pas une Érudit, et elle fit la remarque qu’elle n’en voyait que rarement. Enfin, le Magisterium apparaît comme une entité religieuse qui a un énorme contrôle sur la société : elle se plaît de décider oui ou non si l’homme doit savoir telle ou telle connaissance, comme la Poussière. D’ailleurs, cette dernière est de nature très controversée. Personne ne semble vraiment de quoi il en retourne, sauf les plus haut gradés du Magisterium et les explorateurs, comme notre cher Lord Asriel.

Et enfin pour finir, le meilleur je dirais, pour la fin : les daemons ! Par définition, un daemon représente l’âme d’un être humain, étant la partie visible hors du corps sous la forme d’un animal. Ainsi, il représente la personnalité de chacun lorsque ce dernier a atteint l’âge adulte. D’ailleurs, chez les moins de 18 ans, le daemon peut changer de forme indéfiniment. Ils sont trop mignons dans la série !! Enfin, cela dépend de qui… Mais regardez la série pour voir ce dont je parle.

Je dirai que le dæmon est cette partie de vous qui vous aide à grandir vers la sagesse

Philip Pullman

His Dark Materials compte huit épisodes dans la première saison, mais une deuxième saison est en cours. Ça s’annonce très prometteur. J’adopte à 100% cette série !! Je vous la conseille fortement. Du coup, on se retrouve à la fin de la saison 😉

PS : j’attend avec beaucoup d’impatience de voir Iorek Byrnison, l’ours polaire que j’avais beaucoup aimé dans le film 😍 !!

Iorek Byrnison, His Dark Materials

Publié par

🦉 Salut, moi c’est Magali. Bienvenue à toi ! Blogueuse littéraire et addict des séries et films, je vous partage avec grand plaisir mes coups de coeur et mes déceptions 💗

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s