Glass (2019)

First name Mister. Last Name Glass

Mr. Glass (Samuel L. Jackson)

Réalisation et scénario : M. Night Shyamalan

Acteurs : James McAvoy (Kevin Wendell Crumb alias « La Horde »), Bruce Willis (David Dunn alias « Le Superviseur »), Samuel L. Jackson (Elijah Price alias « Mr. Glass »), Anya Taylor-Joy (Casey Cooke), Sarah Paulson (Dr. Ellie Staple), Spencer Treat Clark (Joseph Dunn), Charlayne Woodard (mère d’Elijah), M. Night Shyamalan (un client de la boutique de sécurité en caméo)

Genre : Thriller psychologique et fantastique américain

Ma note : 8/10


Synopsis

Peu de temps après les événements relatés dans Split, David Dunn – l’homme incassable – poursuit sa traque de La Bête, surnom donné à Kevin Crumb depuis qu’on le sait capable d’endosser 23 personnalités différentes. De son côté, le mystérieux homme souffrant du syndrome des os de verre Elijah Price suscite à nouveau l’intérêt des forces de l’ordre en affirmant détenir des informations capitales sur les deux hommes…

Mon Avis

Alors que nous sommes aujourd’hui habitués aux films Marvel et DC Comics, Glass se veut lutter contre les codes traditionnels de ces géants du cinéma de super-héros. En effet il s’ancre dans le monde réel tel que nous le vivons avec des personnages aussi simples comme vous et moi. Néanmoins ce sont des supers-héros à la sauce du réalisateur M. Night Shyamalan, un film de super-héros réaliste : pas de capes comme Superman, ni de capacités à tisser des toiles comme Superman ou encore ni de personnages capables de se transformer en énorme Hulk tout vert.

Le talentueux M. Night Shyamalan est revenu en 2016 avec Split, une pure réussite dans le genre du thriller psychologique et fantastique, après qu’il ait été oublié quelques temps et pour causes ses échecs commerciaux. Dans Split il est question d’un homme Kevin, souffrant de troubles dissociatifs de l’identité, dans lequel pas moins de 24 personnalités cohabitent. Une véritable consécration qui l’a aidé à redorer son palmarès. Son succès se doit notamment en grande partie à l’excellent jeu d’acteur et talent transformiste de James McAvoy qui incarne Kevin.

2 ans plus tard, le réalisateur revient sur le devant de la scène avec le tant attendu Glass qui se veut comme un crossover des super-héros qui réunit en l’occurence les deux personnages principaux d’Incassable, David Dumm dit « le  » et Elijah Price aussi appelé Mr.Glass . Enfin mes fantasmes ont pu être assouvis. J’ai tant attendu ce film depuis que la fin de Split m’avait mis l’eau à la bouche où l’on pouvait voir apparaître David Dumm d’Incassable dans une mini scène de quelques minutes.

Dans Glass l’intrigue se déroule à peine 3 semaines après les évènement survenus dans Split et 19 ans après ceux survenus dans Incassable. David Dumm se met à la recherche de « la Bête » à l’aide de son fils (Spencer Treat Clark reprend ici le rôle du fils Joseph Dunn) après qu’il ait eu vent de son existence à la télé sur les chaînes d’informations.

Jeu des couleurs : énigmatiques mais assez précis et concis car ce sont des couleurs bien choisis précieusement miticeuleusement. Le violet = couleur préférée de l’acteur Samuel L Jackson (sabre laser dans Star Wars) méchant, le vert pour le justicier invincible avec sa cape verte foncé voire noire gentil, et le jaune ni méchant ni gentil semble être le mélange des deux. Très belle scène où les 3 font faces au docteur dans une salle rose. Les couleurs ne sont pas comme dans les tenus de super-héros mais sont bien présentes et réinventés à la manière du réalisateur.

Le coup du maître : la fin. Un twist élogieux digne de M. Night … Comme dans tout ses films on s’y attendait. Mr. Glass semblait détenir ce secret, mais il ne voulait pas le révéler encore, et c’est le fils Joseph Dunn qui révélera un secret concernant Kevin qui marquera un tournant entre les trois personnages. Fin prévue pourtant par Mr. Glass qui se veut être le metteur en scène, celui qui détient les ficelles dans cette mise en scène ayant un seul but : montrer aux yeux du monde entier ce qu’ils sont réeellement et non pas des malades mentaux abusant de leur imaginations pur s’inventer des pouvoirs extraordinaires, comme veut leur faire penser la thérapiste ….

Véritable coup de théâtre, j’adore. Les dénouements se font petit à petit. On n »est jamais lassé de savoir quelle fin nous réservera ce film. Quel secret allons-nous découvrir, quoi que un peu prévisible si on a vu Split. Bref je recommande vivement pour ceux qui ont « déjà » marre des nombreux films à super-héros de Marvel et DC COmics.

Publié par

🦉 Salut, moi c’est Magali. Bienvenue à toi ! Blogueuse littéraire et addict des séries et films, je vous partage avec grand plaisir mes coups de coeur et mes déceptions 💗

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s